Précarité et mal logement : Adoma apporte des solutions aux jeunes

Les logements proposés par Adoma sur l’ensemble du territoire correspondent particulièrement bien à un public jeune. Une solution économique pour débuter dans la vie active.
Un récent rapport du Secours Catholique souligne que la situation des jeunes pour accéder à un logement décent et abordable ne cesse de se dégrader. Précarité professionnelle, revenus et garanties faibles, augmentation des loyers notamment dans les bassins d’emploi... autant de freins pour accéder à un logement. Les dépenses de logement pèsent fortement sur ce public. Ainsi le taux d’effort pour se loger est de 22 % pour les moins de 25 ans et de 18,5 % pour les 25 – 29 ans contre 8,6 % pour les 45 – 59 ans*).

Favoriser et faciliter l’accueil des jeunes
Qu’ils soient étudiants ou en situation d’insertion professionnelle, les jeunes trouvent chez Adoma des solutions adaptées à leur situation.
Pour favoriser l’accueil de ce public, Adoma noue de nombreux partenariats notamment avec Action Logement ou avec des centres de formation et des écoles.
Pour faciliter la recherche de logement, le nouveau site Internet www.adoma.fr permet de visualiser rapidement différentes résidences sous forme de fiches descriptives synthétiques. A terme l’internaute pourra également faire une demande de logement directement en ligne.

« Pour la réinsertion c’est un bon moyen, les logements sont confortables et ils ne demandent pas trop de garanties » Radouane, 34 ans, résident à Arles depuis plus d’un an. Arrivé sans emploi, il est maintenant boulanger.

Pourquoi loger en résidence sociale ?
Les résidences sociales Adoma sont des structures à taille humaine, souvent bien implantées en centre-ville ou proche des transports en commun et des campus étudiants.
Les logements sont autonomes et meublés : lit, table, chaises, canapé, kitchenette, salle d’eau... Le paiement de la redevance mensuelle permet de s’acquitter non seulement du loyer mais aussi des charges, du blanchissage des draps et de l’entretien des parties communes. Le caractère transitoire des logements en résidence sociale (un an reconductible une fois) offre aux jeunes une véritable souplesse et une solution d’insertion dans le parcours résidentiel.

 « C’est un bon tremplin pour débuter dans la vie. Ici nous sommes encadrés par une bonne équipe, ils nous aident dans nos démarches ». Radouane, résident à « Alembert » à Arles. Il est aujourd’hui en attente d’un logement social.

* Source : Insee, enquête Logement 2006

Sophie Masson

Tél. : 01 40 61 42 98
publié le mercredi 23 Novembre 2011, mis à jour le mercredi 23 Novembre 2011
Haut de page