Favoriser l'accompagnement des résidents âgés, Adoma et la CNAV s'engagent !

Adoma loge près de 70 000 personnes partout en France. Parmi elles, 25 000 sont âgées de plus de 60 ans. Essentiellement issus des pays du Maghreb, ces « chibanis » sont arrivés en France dans les années 60 pour participer à la reconstruction du pays. Pour la plupart, ils ne pensent pas rentrer définitivement dans leur pays d’origine.

Favoriser l'accompagnement des résidents âgés, Adoma et la CNAV s'engagent !

Près de 25 000 personnes logées chez Adoma ont plus de 60 ans
Adoma loge près de 70 000 personnes partout en France. Parmi elles, 25 000 sont âgées de plus de 60 ans. Essentiellement issus des pays du Maghreb, ces « chibanis » sont arrivés en France dans les années 60 pour participer à la reconstruction du pays. Pour la plupart, ils ne pensent pas rentrer définitivement dans leur pays d’origine.


Une vie d’effort, un vieillissement prématuré


Aujourd’hui, ils souffrent d’une espérance de vie significativement inférieure à la moyenne nationale et bien souvent de poly-pathologies, parfois d’un handicap, dû à des métiers exercés à forte pénibilité. Isolés en France, ils bénéficient de faibles revenus et ont des difficultés à accéder aux droits et aux soins. Pour y remédier, Adoma a mis en place depuis plusieurs années, des expérimentations conduites par les équipes locales en partenariat avec les collectivités publiques et les institutions de sécurité sociale, ainsi que des aménagements ponctuels de leur logement.


Une convention nationale pour une réponse massive


Toutefois, au regard de la précarité des publics âgés accueillis et de la perte d’autonomie qui affectent un nombre croissant d’entre eux, Adoma a décidé de déployer un plan d’action national en leur faveur en s’appuyant sur un solide partenariat avec différents acteurs nationaux et locaux. C’est l’objet de la convention de partenariat que viennent de signer Adoma et la CNAV (Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse). Trois axes ont été définis ensemble pour faciliter l’accès aux droits et aux soins de ces retraités migrants, pour leur assurer la prévention et l’information nécessaire et pour développer les aides au maintien à domicile. Cette convention nationale sera déclinée localement en partenariat avec les Conseils généraux, les centres communaux d’action sociale, les institutions de sécurité sociale et les acteurs intervenants dans le champ sanitaire et social.



Contact presse : Mathieu Rouault / 0650321273
publié le lundi 11 Juin 2012, mis à jour le lundi 11 Juin 2012
Haut de page