Nantes : Adoma ouvre la première résidence sociale du nouvel ecoquartier La Bottière-Chénaie

Dans le cadre de l’aménagement en écoquartier des 35 hectares des anciens terrains maraîchers du quartier La Bottière-Chénaie à l’Est de Nantes, Adoma vient d’ouvrir la première résidence sociale de ce nouveau quartier, en partenariat avec la Ville de Nantes, Nantes Aménagement et Nantes Métropole.
Cette résidence sociale, constituée de trois bâtiments de trois étages aux façades recouvertes de bois mélèze, répond aux normes THPE (Très Haute Performance Energétique) et est idéalement située au coeur de l’écoquartier, desservie par le tramway ligne 1 et à 15 mn du centre-ville.
La résidence est destinée à accueillir de façon transitoire des publics précarisés en difficulté d’insertion. Le public bénéficie d’un accompagnement social avec pour objectif la construction d’un parcours résidentiel cohérent et adapté, afin de conduire le résident vers le relogement dans le parc de logement classique et pérenne.

102 logements de qualité dotés de tous les éléments de confort
Les logements proposés, de 22 à 62 m2, autonomes et meublés, respectent l’intimité des résidents et sont conçus pour accueillir également des personnes à mobilité réduite. Des espaces-services sont à disposition (salle commune pour les rencontres et animations, laverie, bureaux de gestion et du travailleur social…).
Les logements sont tous conventionnés à l’APL. Ainsi, une personne seule, allocataire du RSA et habitant un studio de 22 m² dans la résidence sociale dont la redevance est de 417 €, s’acquitte, après déduction de l’APL, d’un «reste à payer» de 55,49 euros.

Un public varié aux ressources précaires
Les résidents en situation de précarité peuvent se poser au sein de la résidence sociale.
Il peut s’agir de jeunes en formation, en intérim, apprentis, actifs en emploi précaire, étudiants, salariés en mobilité, familles monoparentales, couples sans ou avec enfant(s)… Fin novembre 2012, la résidence accueillait 142 personnes dont 21 familles monoparentales et 32 enfants.


Une réalisation rendue possible grâce à l’implication de tous les partenaires
Un investissement de 7,28 M€ a été nécessaire pour pouvoir mener à bien ce projet.
L’Etat, la Caisse des Dépôts, le Conseil régional, le Conseil général, Nantes Métropole, le collecteur Action Logement CIL Atlantique, tous ont participé au financement de cette construction, traduisant une volonté forte de répondre aux difficultés de relogement d’une partie de la population fragilisée de Nantes.
publié le jeudi 13 Décembre 2012, mis à jour le jeudi 13 Décembre 2012
Haut de page