A Villeurbanne, d’un foyer de travailleurs migrants à une résidence sociale : 113 logements pour l’insertion de publics diversifiés.

En lieu et place d’un foyer de travailleurs migrants construit en 1970 sous forme d’une barre d’immeuble longue de 90 m, Adoma vient d’ouvrir une résidence sociale dont l’architecture résolument contemporaine est constituée d’un ensemble de petits bâtiments disposés autour de patios, se rapprochant d’une forme urbaine pavillonnaire.
Ses 113 logements relogent les résidents de l’ancien foyer et accueille également des publics précarisés en difficulté d’insertion (jeunes, familles monoparentales…).
Aujourd’hui, le parc d’Adoma est constitué à plus de 53 % de résidences sociales dotées de logements autonomes. D’ici 2020, Adoma s’est engagé à accélérer la rénovation de ses foyers restants, ce qui représentera un investissement de plus d’un milliard d’euros.

Des logements abordables et de qualité
Les logements proposés sont autonomes et meublés : kitchenette, table, chaises, lit, canapé, salle d’eau... Les logements sont tous conventionnés à l’APL, ainsi, une personne seule, allocataire du RSA et habitant un logement de 21 m² dont la redevance est de 395 euros, s’acquittera après déduction de l’APL, d’un «reste à payer» de 50 euros.

Une équipe de proximité
Un responsable de résidence assure la gestion de la résidence sociale Frédéric Faÿs.. L’ouvrier de maintenance est chargé de l’entretien courant. Le responsable de résidence est présent pour accompagner les résidents dans leurs démarches d’insertion concernant le logement et les orienter vers les services de droit en commun ad-hoc.

Une opération rendue possible grâce aux partenaires
Le financement de l’opération (6,4 M€)a été réalisé par à des subventions de l’État, du Grand Lyon, du Conseil régional et de l’Ademe, ainsi qu’un prêt de la Caisse des Dépôts et Consignations, à un financement d’Action Logement et également de fonds propres Adoma.
publié le lundi 15 Juillet 2013, mis à jour le mardi 16 Juillet 2013
Haut de page