Première pension de famille Adoma de Paris

Avec l'ouverture de sa première pension de famille à Paris et d'une seconde résidence sociale dans le Xème arrondissement, Adoma participe au logement des plus précaires.
Les deux structures sont doublement certifiées Haute Qualité Habitat & Environnement et Bâtiment Basse Consommation. L'immeuble porte le nom de Françoise Seligmann.

C’est en 2009 qu’Adoma acquiert, à deux pas du métro Belleville, une parcelle étroite de 83 mètres de long sur 10 mètres de large auprès de la SIEMP où elle y construit deux structures : une pension de famille et une résidence sociale, destinées au logement des personnes en situation de précarité.
 
Les deux structures sont doublement certifiées Haute Qualité Environnementale et Bâtiment Basse Consommation, répondant aux exigences énergétiques, économiques et environnementales. Sur le plan esthétique, le projet architectural mené par l’agence SOA a su déployer les bâtiments de la résidence sur toute la longueur du terrain, tout en cassant par des oppositions de volumes, de couleurs et de matériaux l’impression d’exigüité de la parcelle.
Coût de l’opération financée par l’Etat, le Conseil régional, la Ville de Paris, l’Ademe, Solendi et Adoma : 8,7 M€.
 
57 logements autonomes, meublés et équipés
 
La résidence sociale propose 35 logements du studio au trois-pièces et la pension de famille 22 studios. Tous sont équipés et meublés et conventionnés à l’APL. La redevance comprend toutes les charges (électricité, eau, chauffage, mobilier, blanchissage des draps, maintenance du logement). Le résident s’acquitte du reste à payer, déduction faite de l’APL. Ainsi, une personne percevant le RSA et habitant un studio de 18 m2 de la résidence sociale, versera 57 €.
 
Des publics et des attentes différentes
 
La résidence sociale et la pension de famille accueillent des publics différents qui ne requièrent pas le même accompagnement. La pension de famille accueille des personnes seules souffrant d’isolement social et affectif. Ces personnes éprouvent des difficultés à vivre totalement seules et se prendre en charge.
Les résidences sociales répondent aux besoins de personnes autonomes disposant de faibles ressources ou de minima sociaux. La durée de séjour y est temporaire.
Elles sont un tremplin vers l’insertion et l’accès à un logement pérenne.
Tous les résidents bénéficient d’un accompagnement social personnalisé.
publié le mardi 19 Novembre 2013, mis à jour le mardi 19 Novembre 2013
Haut de page