Emmanuelle Cosse inaugure à Nantes 179 logements autonomes aux personnes en situation de précarité

Avec la transformation du foyer en résidence sociale "Les Fonderies", Adoma offre 179 logements à Nantes (44), pour les personnes en situation de précarité. La résidence sociale a été inaugurée le mardi 27 septembre par Emmanuelle Cosse, Ministre du Logement et de l'Habitat durable. 
Un projet urbain pour répondre à la forte demande du territoire
Construit en 1969, l’ancien foyer de travailleurs migrants « Beaulieu », composé de chambres avec des espaces de vie communs, accueillait les travailleurs migrants maghrébins. En 1993, le foyer a bénéficié d’une première réhabilitation permettant la création de 187 chambres de 12 m² avec salle d’eau privative.

En 2012, dans le cadre de la recomposition urbaine, intégrant des enjeux de mixité sociale et environnementaux, conduite par la Métropole et la Ville de Nantes, la SAMOA (Société d’Aménagement de la Métropole Ouest Atlantique) et Adoma, ont engagé la restructuration complète du foyer. Ce projet de déconstruction/reconstruction du foyer en résidence sociale, a permis d’offrir un habitat de qualité aux résidents âgés du foyer d’origine et de diversifier l’offre locative pour les personnes de la commune disposant de faibles ressources.

Avec la transformation de l’ancien foyer de travailleurs migrants en résidence sociale, Nantes Métropole devient la première agglomération d’envergure dont la totalité des foyers du parc Adoma a été réhabilitée en résidences sociales.


Adoma propose désormais que des logements autonomes et non plus des chambres avec espaces de vie collectifs.

Des logements autonomes et confortables
Les 179 studios de surfaces comprises entre 18 et 46 m², sont tous meublés et équipés d’une kitchenette et d’une salle d’eau. Les résidents ont également accès à des espaces-services : salle d’animation, laverie, lingerie, local à vélos.

Conventionnés à l’APL, ces logements sont soumis à une redevance comprenant loyer, charges intégrales (électricité, chauffage, eau) et prestations (mobilier, maintenance, literie). Chaque mois, le résident s’acquitte d’un « reste à payer » adapté à ses ressources et sa situation familiale. Ainsi, une famille monoparentale avec un enfant, percevant le RSA, occupant un T2 de 46 m², dont la redevance est de      525 €, s’acquittera, après déduction de l’APL d’un reste à payer de 77,32 €.

Relogement des anciens travailleurs migrants et accueil de nouveaux publics mixtes
La résidence sociale « Les Fonderies » a relogé prioritairement les anciens résidents du foyer « Beaulieu ». Au fur et à mesure des départs, la résidence sociale accueillera un public intergénérationnel : personnes isolées, familles monoparentales avec un ou deux enfants, des couples avec un ou deux enfants et des couples sans enfants.

Au 1er septembre 2016, la résidence loge 175 résidents dont 155 hommes et 20 femmes, dont 30 % ont moins de 35 ans.  

L’accompagnement des résidents : une priorité

Pour mener à bien sa mission sur la résidence sociale, Adoma a fait appel à un opérateur social, l’association « ANEF FERRER » et avec l’aide de partenaires locaux a engagé différentes actions, notamment dans les domaines de l’accès aux droits, la prévention de la santé et le maintien du lien social.

Le financement de l’opération
Cette opération de déconstruction-reconstruction d’un coût total de plus de 10M€, a été rendue possible, grâce au soutien financier des partenaires : l’Etat, la Caisse des Dépôts, la Métropole de Nantes, le Conseil Régional des Pays de la Loire, le Conseil Général de la Loire-Atlantique, Action Logement, la Carsat et aux fonds propres d’Adoma.

Adoma, une forte présence locale

Adoma est implantée dans les départements de Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Finistère et la Sarthe avec 18 structures, totalisant 1 228 logements et 530 places d’hébergement à destination de l’accueil des demandeurs d’asile. Elle emploie 54 collaborateurs au service de la clientèle.

  •  © André Bocquel
  •  © André Bocquel
  •  © André Bocquel
  •  © André Bocquel
  •  © André Bocquel
  •  © André Bocquel
© André Bocquel
publié le jeudi 29 Septembre 2016, mis à jour le mardi 4 Octobre 2016
Haut de page