Adoma poursuit la réhabilitation de son patrimoine

Et y inaugure une 49ème résidence sociale sur la métropole Aix-Marseille-Provence.

L’opération s’inscrit dans un projet ambitieux de réhabilitation complète du site qui prévoit la transformation de l’ancien foyer en une résidence sociale de 220 logements autonomes, adaptée aux besoins des personnes vieillissantes et répondant aux attentes d’un nouveau public : jeunes, familles monoparentales, actifs.

Les travaux ont débuté en mars 2015 et se sont achevés en novembre 2016.

220 logements autonomes et meublés à Marseille

La résidence sociale « Barnière » offre 220 logements autonomes répartis dans trois bâtiments de R+7 à R+8, desservis par deux cages d’escaliers et deux ascenseurs.
Les logements disposent d’une kitchenette et d’une salle d’eau privative avec douche, sanitaire et lavabo. 15 logements sont équipés pour l’accueil de personne à mobilité réduite et 16 sont adaptés au vieillissement soit 14 % de la capacité totale.

Conventionnés à l’APL, ces logements sont soumis à une redevance comprenant loyer, charges intégrales (électricité, chauffage, eau) et prestations (mobilier, maintenance, blanchissage literie).  


Chaque mois, le résident s’acquitte d’un « reste à payer » adapté à ses ressources et à sa situation familiale.

Un public mixte en insertion

La résidence sociale « Barnière » est destinée à accueillir prioritairement les anciens résidents du foyer d’origine, sans limitation de durée. Ces anciens travailleurs migrants sont assurés, eux de bénéficier du maintien dans les lieux, sans limitation de durée ainsi que d’un accompagnement spécialisé.

Au fur et à mesure des départs, la résidence sociale est destinée à accueillir temporairement des personnes isolées, des familles monoparentales avec enfant, des couples sans enfant, des jeunes. Au 1er novembre 2017, la résidence sociale loge 219 résidents dont 203 hommes (92,70 %) et 16 femmes (7,30 %).

  •  © Yohanne Lamoulere
  •  © Yohanne Lamoulere
  •  © Yohanne Lamoulere
  •  © Yohanne Lamoulere
  •  © Yohanne Lamoulere
  •  © Yohanne Lamoulere
  •  © Yohanne Lamoulere
  •  © Yohanne Lamoulere
  •  © Yohanne Lamoulere
  •  © Yohanne Lamoulere
© Yohanne Lamoulere
publié le jeudi 14 Décembre 2017, mis à jour le jeudi 21 Décembre 2017
Haut de page